Archives pour la catégorie poésie

3

comme chaque matin le petit homme lit le journal à l’envers du décor de la salle à manger et à boire les bonnes paroles de la veille du jour d’après au point de ne plus connaître la quatrième dimension du train-train quotidien qui sifflera trois fois avant que l’eau ne bouille à brûle-pourpoint virgule mais les carottes ne sont pas cuites et ce n’est pas la fin des haricots car le petit homo erectus d’une certaine hauteur d’âme s’efforce de cultiver son jardin d’Eden puis après le fruit d’une longue réflexion veille à ne pas tomber dans les pommes ou sous le charme ou sous le coup de la loi du milieu du cercle dont la circonférence au sommet de la terre infernale dissuade le petit homme de prendre l’ascenseur climatique ou encyclopédique tant les lumières se sont éteintes l’une après l’autre et par conséquent le petit homo habilis prend son courage à deux mains voire trois puis gravit l’escalier en colimaçon ou à spirale inflationniste jusqu’à ce qu’il atteigne l’essieu du petit véhicule ou du grand exactement juste avant le dernier étage qui est celui de la sous-direction des faits divers et du printemps de Prague que le petit homme lira paisiblement dans le journal des lendemains qui chantent à l’aurore

2

cette girafe a un petit vélo dans la tête d’épingle à nourrice le jour et la nuit alors même qu’elle s’efforce d’enfoncer le clou dans le genou du hibou qui donne sa langue au chat perché sur la gouttière qui recueille les eaux du Nil à marée montante dont le coefficient d’aimantation permet aux huîtres d’attirer la perle rare ou plusieurs et d’offrir ainsi un collier à la girafe dont le long cou ne lui interdit pas d’atteindre le septième ciel ou même le huitième au risque d’attraper un torticolis expédié par voie aérienne des quatre coins de la lune mais surtout du troisième en bas à gauche car là est le point d’acupuncture le point d’exclamation et le point de suspension hydraulique dont la sous-pape de sécurité du Vatican est d’une disposition si conciliante à l’égard des vierges qui apparaissent comme par miracle à dos de girafe ou à bicyclette et qui perdent les pédales et qui s’emmêlent les pinceaux ou qui prennent les jambes à leur cou au risque d’attraper un torticolis dans le sens inverse des aiguilles d’une montre à contretemps ou à temps par ciel si nuageux le jour et la nuit

1

c’est l’histoire tirée par les cheveux bouclés d’une femme qui trouve chaussure à son pied gauche alors que le droit est libre ou occupé ça dépend de la distance qui sépare les deux hémisphères de son cerveau posé par-dessus la jambe du voisin qui a le dos large et le bras long et les idées courtes tirées à quatre épingles à cheveux bouclés d’une femme qui cherche midi à quatorze heures et qui perd le nord et qui ne perd rien pour attendre le train d’atterrissage qui permet aussi le décollage de la tapisserie que la femme ne peut plus voir en peinture du seizième arrondissement de Paris capitale des Gauloises sans philtre d’amour ou avec ça dépend des pics de pollution d’atomes sphériques plantés aux quatre coins du globe oculaire du voisin qui perd patience et sa science et sa conscience et qui ruine sa bonne âme mais la banqueroute nationale sept ne lui accorde aucun crédit alors que l’étau se resserre autour de son coup du lapin qui ne porte pas bonheur car le voisin se fait mener en bateau fantôme par une histoire tirée par les cheveux bouclés d’une femme

Bernard B