Les aphorismes de Bernard B.

Soulever des montagnes, ce n’est pas la mer à boire.

Certains disent que la vraie vie n’est pas dans les livres. Mais dans la vraie vie, il y a des bibliothèques et des librairies.

Je me souviens de la lutte des classes, lors de mes premiers jours au collège.

L’essentiel dans la réunion de travail c’est la réunion.

Quand je voyage dans les livres, nul besoin d’attestation de déplacement.

Épicure thermale, le plaisir d’un retour aux sources.

Il paraît que l’homme descend du singe. Pendant que la femme, elle, descend du tramway, chaque jour, épuisée par sa journée de travail.

En campagne électorale, quand votre adversaire vous traîne dans la boue, tenez-vous droit dans vos bottes.

Avec le confinement, les artistes sont en résidence surveillée.

Si Dieu est en toutes choses, il ne reste plus qu’à en dresser la liste.

Cet écrivain a reçu un prix pour son dernier livre. Dix euros, en format poche.

Il se change dans la cabine d’essayage de l’hôpital. Il en ressort avec un complet d’organes.

« Ensemble ! » peut-on lire sur l’affiche électorale. Elle a l’air bien seule sur l’affiche, la candidate.

Lancer une fusée de tristesse un quatorze juillet, confiné.

Certains brûlent d’envie de lire des livres parce qu’ils sont interdits. D’autres n’ont qu’une envie : brûler ces derniers, pour la même raison.

Dieu ici, et là Dieu encore. Infini, éternel, omnipotent, omniscient.Toujours lui, Dieu. Mais elle ?

« Ceci n’est pas un aphorisme ». Cette expression Magritte tant, non d’une pipe !

L’été, je déteste me retrouver avec les vacanciers au bord de la mer. Ils occupent toutes les plages horaires. 

Avec le prix du pain, j’ai l’impression chaque jour de me faire rouler dans la farine par mon boulanger (ou ma boulangère).

Au Vatican, le latin n’est pas une langue morte, c’est une langue ressuscitée.

La faiblesse du futur est une métaphore.

J’ai fait le relevé cadastral de ma bonne étoile.

Mes potes à moi sont si despotes en amitié.

Les sept péchés capitaux ont été placés dans un paradis fiscal.

Un jour, je suis né à l’insu de mon plein gré.

Cultiver le doute dans un jardin cartésien.

Toute ma vie, j’ai joué aux échecs. Avec quelques réussites, tout de même !

D’où sais-tu ce que tu sais ? De quelqu’un qui sait.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s